Les types de dictionnaires

Attention, ceci est un article de vulgarisation ! Si vous avez déjà une certaine connaissance de la lexicographie, il ne sera certainement pas instructif pour vous. Si ce n’est pas le cas, vous trouverez ici quelques explications qui vous permettront d’aborder sereinement de prochains articles de ce carnet portant sur les dictionnaires, bilingues notamment.

Les dictionnaires sont des outils couramment utilisés, dans le cadre de la scolarité ou de la vie quotidienne. On peut d’ailleurs s’en servir sans avoir une connaissance particulière des principes de leur conception ou des critères sur lesquels est constitué leur contenu. Par exemple, savez-vous que Le Petit Robert et Le Petit Larousse illustré relèvent de deux types de dictionnaires différents ?

Pour y voir plus clair, je vous propose ici une brève description de quelques grands types de dictionnaires. Ce ne sera pas exhaustif, mais ces explications devraient permettre à toute personne non spécialiste de se repérer dans de prochains articles de ce carnet, qui évoqueront éventuellement cette typologie.

Monolingue de langue

Quand on dit « dictionnaire », on pense souvent à un monolingue de langue, c’est-à-dire : des mots et leur définition.

Et c’est à peu près tout. Pas vraiment, parce qu’il peut aussi y avoir des indications sur l’usage de ces mots, leur catégorie ou leur étymologie, mais « c’est tout » parce que le dictionnaire de langue, comme son nom l’indique, s’en tient exclusivement à la langue. Il ne propose pas d’information sur ce que désignent les mots, leurs référents. Le Littré ou le Robert sont des dictionnaires de langue (française).

C’est abstrait ? Par exemple, un dictionnaire de langue très strict pourrait donner la définition suivante pour manchot :

Oiseau de l'ordre des sphénisciformes.

Monolingue encyclopédique

Comme le dictionnaire monolingue de langue, le monolingue encyclopédique propose des mots et leur définition dans une langue donnée. Quelle différence, alors ?

En plus de l’aspect linguistique, le dictionnaire encyclopédique fournit aussi des indications sur les référents (= ce sur quoi portent les mots). On peut aussi y trouver des illustrations, éventuellement sous forme de planches consacrées à un thème donné. Je notais un peu plus haut que l’image qu’on se fait d’un dictionnaire est proche d’un dictionnaire de langue, mais ce n’était pas tout à fait vrai : si quand on vous dit « dictionnaire » vous pensez « Petit Larousse Illustré » , il s’agit en fait d’un dictionnaire encyclopédique.

Pour illustrer, voici à nouveau la définition de manchot, plus proche de ce qu’on pourrait trouver dans un dictionnaire encyclopédique1 :

Oiseau marin (sphénicidé), au mode de vie aquatique, dont les ailes sont inaptes au vol mais adaptées à la nage et à la plongée. Dotés d'un plumage court, duveteux à la base et huileux à la pointe qui les isole à la fois du froid et de l'eau, les manchots peuplent les eaux froides antarctiques et sub-antarctiques. Leur taille (de 40 à 115 cm) et la stature massive que leur confère leurs pattes, queue et cou courts, contribuent également à leur résistance au froid. Les manchots vivent principalement en mer mais reviennent à terre ou sur la banquise pour élever leurs poussins, formant des colonies appelées "rookeries". Ils se nourrissent principalement de poissons, de seiches, de crustacés et de mollusques.
Jeune manchot empereur
Jeune manchot empereur

Dans les faits, la différence entre dictionnaire de langue et dictionnaire encyclopédique n’apparaît généralement pas de façon si radicale. En particulier concernant des référents concrets tel que l’exemple présenté ici : il est fort probable de trouver quand même quelques indications sur l’apparence ou le milieu de vie de l’animal dans un dictionnaire de langue.

L’idée principale est que le dictionnaire de langue se focalise sur la langue alors que le dictionnaire encyclopédique a pour but de renseigner sur les référents, c’est-à-dire les objets du monde. Une autre formulation que j’emprunte à M.É. de Villers2 : le dictionnaire de langue est un livre de mots, le dictionnaire encyclopédique est un livre de concepts et de choses.

Bilingue

Le dictionnaire bilingue est en deux langues, dites langue source et langue cible. L’idée générale est qu’on part d’un mot en langue source et qu’on cherche sa traduction en langue cible (aussi appelée langue de traduction). En réalité, c’est un peu plus compliqué que ça. Principalement parce que :

  1. La traduction n’existe pas forcément.
  2. Quand elle existe, elle ne s’utilise pas forcément de la même façon ni dans les mêmes contextes.

Par exemple, si on veut une entrée pour le / la / les dans un dictionnaire français-anglais, on se dit assez vite qu’on va débuter avec quelque chose de cet ordre :

le / la / les = the

Mais si on veut plutôt créer un dictionnaire français-japonais, c’est la panique, parce qu’il n’y a pas d’articles en japonais.

le / la / les = ???

Ici la traduction n’existe pas (il y a des moyens de s’en sortir, mais ce sera éventuellement discuté dans de prochains articles).

Parfois, pour diverses raisons, la traduction en langue cible existe mais ne coïncide pas vraiment avec la langue source ; c’est pour ça qu’on parle plutôt d’équivalents (traductionnels) que de traductions pour les dictionnaires bilingues. Pour illustrer ce principe, l’exemple des pronoms personnels en japonais-français fonctionne assez bien :

私 (watashi) / あたし (atashi) / 僕 (boku) / 俺 (ore) = je

Techniquement, ce n’est pas faux, mais il suffit de prendre un ou deux cours de japonais pour se rendre compte qu’il n’est vraiment pas possible de choisir au hasard n’importe lequel de ces pronoms japonais pour l’utiliser là où on mettrait « je » en français3.

Visuel

Il existe des dictionnaires visuels, qui associent du lexique à des représentations visuelles, en les regroupant généralement par thème, comme le dictionnaire visuel en ligne d’Ikonet. L’un des intérêts est que c’est assez intuitif pour la représentation d’objets plus ou moins complexes (un microscope électronique et les parties qui le composent, par exemple).

Papier ou électronique ?

Je n’ai pas opposé ici les dictionnaires papier aux dictionnaires électroniques4. Les types de dictionnaires décrits ici peuvent bien sûr exister en livre papier ou en divers formats électronique (en ligne, par exemple).

Crédits images
Dictionnaire présenté en en-tête : プチ・ロワイヤル和仏辞典 | Petit dictionnaire japonais-français Royal, Tunekawa & al., Obunsha, 2002. Photo par Alexander Delaporte.
Photo de jeune manchot empereur : photo par Michael Van Woert, NOAA NESDIS, ORA. Domaine public, disponible sur Wikimedia Commons.

Citer ce billet : “Les types de dictionnaires”, par Alexander Delaporte. Publié sur Tekipaki le 14/08/2020. Lien : https://tekipaki.hypotheses.org/223.
  1. Pour la rédiger je me suis inspiré des contenus de la page Wikipédia Sphenisciformes et de l’entrée manchot du Larousse en ligne. []
  2. VILLERS, Marie-Éva de. Profession lexicographe. Nouvelle édition [en ligne]. Montréal : Presses de l’Université de Montréal, 2006 (généré le 12 août 2020). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/pum/135>. ISBN : 9782821850613. DOI : https://doi.org/10.4000/books.pum.135. []
  3. Très schématiquement : en japonais, ces pronoms correspondent effectivement à la première personne du singulier. Mais ils représentent des degrés de formalité très différents et ne peuvent pas être employés par n’importe quel locuteur/locutrice dans n’importe quel contexte, contrairement au pronom je en français. []
  4. Un article qui évoque les questions propres à la lexicographie électronique : Béjoint Henri, « Informatique et lexicographie de corpus : les nouveaux dictionnaires », Revue française de linguistique appliquée, 2007/1 (Vol. XII), p. 7-23. DOI : 10.3917/rfla.121.0007. URL : https://www.cairn.info/revue-francaise-de-linguistique-appliquee-2007-1-page-7.htm []

Auteur/autrice : Alexander Delaporte

Ingénieur d'études au Centre de recherches linguistiques sur l'Asie Orientale et chercheur associé BnF 2019-2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.