Exemple de devoir en Master LTTAC : lexicographie bilingue

Ancien étudiant du Master LTTAC (Lexicographie, terminographie et traitement automatique de corpus) de l’Université de Lille, je reçois assez régulièrement des demandes d’informations sur le déroulement et le contenu de cette formation universitaire. J’ai décidé de publier sur ce carnet le texte d’un devoir rédigé dans le cadre de mes études en LTTAC , afin d’en montrer un exemple concret.

Il s’agit d’un devoir de lexicographie bilingue, qui me semble assez représentatif et pour lequel j’avais obtenu une très bonne note : il est probablement proche de ce qu’attendait l’enseignante. En dehors d’ajustements de mise en forme pour la publication sur un carnet Hypothèses et de la correction d’un petit nombre de fautes de frappe, aucune modification n’a été apportée au texte d’origine.

Choix du dictionnaire et de l’article

Le japonais est une langue à particules, dans laquelle il n’existe pas d’article. Certaines unités grammaticales du japonais peuvent toutefois être considérées comme des déterminatifs1, ce qui est notamment le cas du possessif 我が (waga), des démonstratifs この (kono), その (sono) et あの (ano)2, de la particule de génitif の (no), ainsi que des numéraux et des nombreux classificateurs.

Toutefois, il est à noter que “la construction de la phrase japonaise repose sur la dichotomie de thème / rhème (niveau du discours), et non sur celle de sujet / prédicat (niveau de la syntaxe)” (Shimamori, 1997, p.120). Les outils permettant de mettre en place cette dichotomie en japonais vont ainsi véhiculer des informations comparables à ce qui est codé par les différents emplois d’articles en français. Parmi ceux-ci, les plus saillants sont les particules は (wa)3 et が (ga) dont le fonctionnement peut (très schématiquement) se décrire comme suit :

  • La particule は (wa) est la particule de thème, et est aussi habituellement considérée comme marqueur du sujet de la phrase : le sujet grammatical étant optionnel en japonais, il s’agit plutôt ici d’un “sujet psychologique” (Shimamori, 1997, p.122). Celui-ci peut également être sujet grammatical, mais ce n’est pas systématique.

(1) Hanako-san wa raigetsu kekkon shimasu. 花子さん来月結婚します。
Hanako — particule wa — mois prochain — se marier non passé
Hanako se mariera le mois prochain.

(2) Nichiyôbi wa kuruma ga sukunai. 日曜日車が少ない。
Dimanche — particule wa — voiture — particule ga — être peu nombreux non passé
Le dimanche, les voitures sont peu nombreuses.

  • La particule が (ga) est la particule de rhème, qui “marque le constat” (Shimamori, 1997, p.125). Elle marque le sujet grammatical dans les phrases rhématiques. Par ailleurs, ga est systématiquement employée à la suite d’interrogatifs ou d’indéfinis, puisque “le mot précédant wa doit être un élément connu” (Shimamori, 1997, p.125).

(3) Takusan no hito ga kimashita. たくさんの人来ました。
Beaucoup — particule no de génitif — gens — particule ga — venir passé
*Takusan no hito wa kimashita. *たくさんの人は来ました。
Beaucoup de gens sont venus.

(4) Dare ga kimashita ka. 誰来ましたか。
Qui — particule ga — venir passé — particule interrogative ka
*Dare wa kimashita ka. *誰は来ましたか。
Qui est venu ?4

Pour observer comment les dictionnaires bilingues traitent ces moyens très différents de véhiculer une information similaire en français et en japonais, des articles du Nouveau Petit Royal français – japonais et du Dictionnaire Royal japonais – français seront mis en parallèle. La comparaison sera basée sur le traitement de l’article indéfini dans l’entrée un, une du Nouveau Petit Royal français – japonais : celle-ci étant relativement longue (elle s’étend sur plusieurs pages), on peut supposer que la description proposée se veut assez complète et que les emplois couverts sont suffisamment nombreux pour identifier certains choix de rédaction et deviner, au moins partiellement, la réflexion à l’origine de ces choix. Puisque cette entrée ne peut avoir d’équivalent strict (c’est-à-dire, portant sur l’article indéfini et non uniquement sur le numéral) dans le Dictionnaire Royal japonais – français, ce sont les entrées consacrées aux particules wa et ga qui seront observées, si elles existent.

Dictionnaire français – japonais

Le dictionnaire プチ・ロワイヤル仏和辞典 (Nouveau Petit Royal dictionnaire français – japonais), troisième édition est une refonte de la seconde édition parue en 1996 (la première datant de 1986). Sa page de garde comporte différentes cartes de France. L’ensemble du paratexte (préface, informations sur l’édition, explication des codifications employées) est en japonais ; par ailleurs une section intitulée 付録 (furoku : appendice) est proposée en fin d’ouvrage : elle comporte notamment des schémas de prononciation, explications grammaticales et tableaux de conjugaison du français, dont le contenu explicatif est aussi en japonais. Les entrées sont classées selon l’ordre alphabétique français, et une focalisation est apportée à certains éléments par une impression en couleur ; c’est le cas de l’en-tête de chaque partie (qui comporte aussi une citation littéraire en français comportant un mot dont l’initiale correspond à la lettre traitée dans la partie introduite), des contours et en-têtes des encarts intégrés aux articles, et à l’item en adresse de certaines entrées en fonction de leur “importance”5, critère qui n’est pas explicité davantage. Les pages du dictionnaire se composent de deux colonnes de contenu, et d’un en-tête indiquant le numéro de la page (en chiffres et en toutes lettres) ainsi que la première (page gauche) ou dernière entrée (page droite) de la page courante. Cette édition est par ailleurs accompagnée d’un CD, dont il ne sera pas tenu compte ici.

Structure générale

L’item en adresse est en caractères gras, en couleur, de taille plus grande que pour les autres entrées : ceci indique que un, une fait partie des 570 mots les plus “importants” identifiés dans le dictionnaire (cf ci-dessus). Il est à noter que la prononciation est indiquée à la fois en alphabet phonétique international (API) et en katakana6, et que la traduction en anglais a, one est aussi indiquée.

L’article un, une du Nouveau Petit Royal français – japonais débute dans la seconde moitié de la deuxième colonne de la page 1555 et s’étend jusque le premier quart de la page 1559. Il semble se composer d’une longue entrée unique entrecoupée par un encart de près de 2 pages, composé d’une introduction puis de 6 sections introduites chacune par un tiret rouge. Les explications en début d’ouvrage qualifient cependant de 見出し (midashi)7 les éléments introduits par ce tiret et il s’agirait donc plutôt d’entrées distinctes :

  1. Une entrée sans intitulé8, mais débutant par un renvoi vers l’encadré consacré aux articles qui occupe les pages 1557 et 1558, contenant un tableau récapitulatif des formes de l’article (singulier masculin un, singulier féminin une, pluriel des) suivi d’indications relatives à la prononciation en cas de liaison.
  2. Une seconde entrée consacrée à un, une en tant qu’article9, elle-même séparée en deux parties étiquetées A et B. La partie A est divisée en 5 sections numérotées ; son intitulé indique qu’elle est consacrée à l’article employé devant un nom commun. La partie B est divisée en 4 sections numérotées ; son intitulé indique qu’elle concerne l’article employé devant un nom propre.
  3. Une entrée consacrée à l’emploi numéral, qui comporte 3 sections numérotées.
  4. Une entrée consacrée à l’emploi en tant qu’adjectif, comme l’indique le caractère 形10 qui l’introduit.
  5. Une entrée portant sur les emplois de un exclusivement au masculin (男 otoko : homme), divisée en 3 sections numérotées.
  6. Une entrée portant sur les emplois de une exclusivement au féminin (女 onna : femme), divisée en 2 sections numérotées.
  7. Une entrée introduite par le caractère 代11 regroupant les emplois pronominaux, divisée en 2 sections numérotées.

Comme indiqué précédemment, un encadré expliquant le fonctionnement des articles en français est présenté en pages 1557 et 1558. Il se compose de 5 parties étiquetées de A à E :

  • Partie A : présentation des différentes formes des articles en français sous forme de 3 tableaux (indéfini, partitif, défini) suivi de quelques remarques d’usage (articles contractés, indications sur la prononciation en cas de liaison ou d’élision).
  • Partie B, divisée en 5 sections : distinction entre article partitif/indéfini et article défini.
  • Partie C, divisée en 2 sections : présentation des cas d’utilisation d’un article indéfini plutôt que partitif devant un nom massif.
  • Partie D, divisée en 3 sections : emplois génériques12 des articles définis et indéfinis.
  • Partie E, divisée en 2 sections : présentation des cas dans lesquels l’article devient de.

À l’exception de la partie A, chacune de ces parties comporte des explications en japonais, des exemples en français accompagnés de leur traduction en japonais dans une première colonne, et des remarques complémentaires en japonais (occasionnellement illustrées d’exemples en français) dans une deuxième colonne.

Sans examiner plus en détail le contenu, la structure foisonnante mais clairement définie permet déjà de deviner qu’une importance particulière a été accordée à l’emploi de un, une en tant qu’article indéfini : cet emploi apparaît en premier parmi les différentes entrées, et un imposant encadré expliquant le fonctionnement des articles est intégré. L’emploi présenté ensuite est le numéral, dans une entrée beaucoup plus brève, ce qui s’explique probablement par le fait que cet emploi soit plus ou moins équivalent à l’emploi des numéraux et classificateurs japonais. Les emplois suivants semblent plus anecdotiques, à l’exception des emplois pronominaux, présentés en dernier et de façon apparemment concise : ceci s’explique peut-être par la présence d’un encadré explicatif portant sur les pronoms en pages 830 à 832, auquel cette entrée ne renvoie toutefois pas. Une autre explication possible est que dans ce cas aussi, des classificateurs japonais présentent un fonctionnement similaire.

Il est à noter que de nombreux indices permettent de supposer que ce dictionnaire s’adresse plus aux Japonais apprenant le français qu’aux francophones apprenant le japonais. Le public visé peut avoir un impact sur la rédaction et la hiérarchisation des informations présentées, ainsi il est possible qu’il y ait ici une volonté d’attirer plus particulièrement l’attention du lecteur sur les phénomènes linguistiques en français qui diffèrent du japonais, ou n’ont pas d’équivalent direct en japonais (d’où une focalisation particulière sur les articles, inexistants en japonais).

Contenu de l’article

L’article étant composé d’entrées multiples ne se rapportant pas toutes à l’article indéfini et comportant dans l’ensemble une quantité de texte en japonais assez importante (qui ne sera pas intégralement traduite ici, tout n’étant pas de pertinence égale), les parties consacrées à l’emploi de un, une comme article seront commentées plus en détail.

Encadré grammatical

Cet encadré, intitulé 冠詞 Article, occupe les pages 1557 et 1558. Les différentes parties qui le composent ont été listées en partie Structure générale du présent document. La partie A présente les différentes formes d’articles en français de façon synthétique et complète : les articles indéfinis, partitifs et définis sont représentés.

La première distinction effectuée ensuite (en partie B) pour les règles d’emploi des différents articles est celle entre indéfini/partitif et défini. Les 5 sections numérotées de cette partie identifient 5 cas de figure, les 3 premiers étant définis suivant le partage (ou non) de la connaissance de l’information entre le locuteur13 et son interlocuteur14. Au vu du fonctionnement de la langue japonaise, ce choix de s’appuyer sur la structure informationnelle semble assez logique :

  1. Ni le locuteur ni l’interlocuteur ne détient l’information (aucun ne peut identifier le référent du nom) → article indéfini ou partitif. Les exemples fournis sont les suivants :
    (5) Je veux épouser une Française.
    (6) Tu veux du sucre dans ton café ?
    (7) Tu sais, il a acheté une voiture.
  2. Seul le locuteur détient l’information → article indéfini ou partitif. Les exemples fournis sont les suivants :
    (8) Je veux épouser une Française.
    (9) J’ai bu du vin rouge au déjeuner.
    (10) Tu sais, il a acheté une voiture.
    Sur les 3 exemples proposés, 2 proviennent de la série d’exemples précédents, qui ne portent pourtant pas sur le même cas de figure. Il ne s’agit pas d’une erreur mais d’un choix délibéré : les notes présentes dans la colonne de droite (introduites par ★) indiquent ici que pour l’exemple reporté en 8 la personne existe mais que le locuteur ne la décrit que par sa nationalité (dans ce cas nationalité = appartenance catégorielle). Pour les exemples 7 et 10, il est ici indiqué que le locuteur sait de quelle voiture il s’agit ; dans la série précédente une note indiquait que le locuteur ne savait pas de quelle voiture il s’agissait. Répéter les mêmes exemples relève alors probablement d’une volonté de mettre en valeur ce qu’implique l’article quant au sens de la phrase : il est d’ailleurs à noter que la traduction japonaise proposée pour les exemples identiques en français n’est pas la même selon le cas qu’ils illustrent.
  3. L’information est partagée → article défini. Les exemples semblent avoir été conçus pour représenter un certaine variété d’emplois d’article défini. On retrouve notamment l’emploi d’article défini permis par familiarité ou par postdétermination :
    (11) Pardon, où se trouve la mairie ?
    (12) Hier, j’ai vu le film que Pierre m’a recommandé.
    Encore une fois, les notes explicitent ce qui permet cet emploi d’article : la note relative à l’exemple 11 précise ainsi que cet exemple se base sur la supposition qu’il existe habituellement une mairie dans une ville/un quartier.

Les deux cas suivants (toujours en partie B) portent sur l’emploi de l’indéfini et du partitif, pour exprimer une quantité non spécifiée. Le premier exemple pour illustrer cet emploi peut sembler surprenant :

(13) Il a un garçon. 「彼は息子が(一人)いる」

Cette fois aussi la note, qui indique que cet emploi est “proche” du numéral, justifie ce choix d’exemple qui vise probablement à rappeler la distinction entre article indéfini et numéral. L’élément indiqué entre parenthèses dans la traduction japonaise est d’ailleurs le numéral15. On peut toutefois s’interroger sur l’intérêt de proposer une phrase si ambiguë comme premier exemple. Les autres exemples illustrant cette section sont par ailleurs beaucoup plus proches du cas général décrit ici.

Le dernier cas abordé dans cette partie (et qui constitue la section 5) est l’emploi de l’article indéfini autorisé par la présence d’un modifieur. L’exemple donné est le suivant :

(14) Il brillait un soleil rouge sur l’horizon.

La partie suivante de l’encadré (partie C) s’intéresse aux cas où il est possible d’employer un article indéfini devant un nom massif16. Il est intéressant de remarquer que cette partie est la première qui comporte une explicitation de la règle d’emploi du partitif ; le partitif semblait jusque là traité comme une alternative à l’article indéfini. C’est donc l’introduction d’un cas particulier qui est ici l’occasion de formuler la règle d’emploi générale. Par ailleurs, si la première section montre des exemples tels que un café (c’est-à-dire du café dans son contenant, une tasse) ou des absurdités (instances d’une abstraction) qui n’ont pas encore été abordés, la seconde section présente des exemples où l’article indéfini peut être employé en raison de la présence d’un modifieur, comme dans la dernière section de la partie précédente :

(15) L’été dernier on avait une chaleur terrible.

C’est certainement parce que la règle d’emploi du partitif n’avait pas encore été formulée que cet emploi n’a pas été présenté dans la section précédente.

La partie D porte sur les emplois génériques, en spécifiant quel article employer selon le nom (et son référent) : article défini singulier ou pluriel pour les référents dénombrables (la femme, les plantes), article défini singulier pour les noms massifs ou abstraits (le courage, le vin), et existence d’un emploi générique avec l’article indéfini singulier (un garçon). Les implications sémantiques de chacun des cas de figure sont brièvement explicités dans les notes.

La dernière partie de l’encadré (partie E) se compose de 2 sections correspondant à des contextes dans lesquels l’article devient de17 : d’une part en présence d’une négation (section 1), d’autre part en présence d’un adjectif épithète antéposé (section 2).

(16) J’ai une voiture.
→ Je n’ai pas de voiture.
(17) J’ai acheté du beurre.
→ Je n’ai pas acheté de beurre.
(18) des maisons
de grandes maisons

Il est toutefois précisé que la transformation de l’exemple 18 n’est pas systématique, notamment à l’oral ou quand la combinaison adjectif + nom est relativement figée (des petits pois). Une note précise aussi qu’en cas de 対比 (taihi : contraste) l’article indéfini ou partitif reste tel quel. L’exemple suivant est ajouté :

(19) Je n’ai pas acheté du beurre, mais de la margarine.

Cet exemple reprend d’ailleurs celui qui était donné pour la négation du partitif, reproduit ici en exemple 17.

Entrée un, une article

Comme indiqué en partie Stucture générale, l’entrée spécifiquement consacrée à un, une en tant qu’article se compose de 2 parties, respectivement étiquetées A et B. La partie A porte sur les cas où l’article indéfini précède un nom commun ; sa première section décrit le cas le plus général : la parenthèse suivant le numéro de la section indique simplement que l’article se place devant un nom comptable, dénombrable. Les équivalents traductionnels proposés sont ある (aru), 1つの (hitotsu no), 1人の (hitori no) : l’ambiguïté entre l’indéfini et le numéral complique la traduction, et sur ces trois équivalents, deux sont des numéraux comme le laissent deviner les chiffres dans leur graphie, présentée telle quelle dans le dictionnaire18.

L’intérêt de proposer des numéraux comme équivalents, au risque de provoquer une confusion entre les deux emplois, est d’introduire la différence entre l’article au singulier et au pluriel, puisqu’en japonais les articles n’existent pas et les noms ne sont par défaut marqués ni en genre, ni en nombre. C’est en tout cas ce que laissent supposer les exemples proposés dans l’entrée :

(20) C’est une carte postale. それは(1枚の)絵葉書です
(21) Ce sont des cartes postales. それは(数枚の)絵葉書です

Le seul élément qui permette de distinguer les deux traductions en japonais est le numéral, facultatif et placé entre parenthèses. Ainsi, sans utiliser de numéral pour traduire l’article indéfini du français, il ne serait pas possible de distinguer le singulier du pluriel. La distinction entre singulier et pluriel se retrouve dans les différents tableaux et dans l’encadré des pages 1557-1558, il est donc probablement envisagé ici qu’un éventuel lecteur ne lira pas forcément tous les contenus mais peut-être uniquement le contenu de l’entrée elle-même.

Les exemples proposés montrent aussi un contexte dans lequel l’article du français n’est traduit par aucune entité linguistique dans l’équivalent en japonais, comme suit :

(22) Une petite fille s’est approchée de moi et m’a demandé l’heure.
小さな女の子が近づいてきて、私に時間を尋ねた。
Chiisana onna no ko ga chikazuitekite, watashi ni jikan wo tazuneta.
Petite fille — particule ga — s’approcher — je –particule ni — heure — particule wo — demander passé

L’autre équivalent traductionnel proposé est ある aru. Il s’agit en fait d’un verbe d’existence (dont le sujet est obligatoirement non humain), qui peut se traduire par être ou avoir en français selon les contextes, sans être réellement équivalent ni à l’un ni à l’autre. L’exemple donné est ある日 aru hi : un jour. Ce choix d’exemple n’est peut-être pas pleinement judicieux, la tournure aru hi étant, sauf erreur, assez idiomatisée en japonais et serait l’équivalent de un beau jour en français19. Il est toutefois possible pour le lecteur de trouver dans les pages suivantes (notamment l’encadré article) d’autres exemples dans lesquels la phrase française comportant un article indéfini se traduit par une structure avec aru, notamment (p.1558) :

(23) Il y a un problème.
問題がある。 (Mondai ga aru)

Il est intéressant de remarquer que la négation de ce même exemple est proposée, dans laquelle l’article un devient de en français, et la particule ga devient wa en japonais.

(24) Il n’y a pas de problème.
問題はない。 (Mondai wa nai)

Dans cette partie (en fin de la section 1) se trouve un encadré ポイント! (Point!). Ces encadrés sont régulièrement utilisés dans le dictionnaire pour attirer l’attention du lecteur sur les fonctionnements particuliers de certaines unités linguistiques. Il porte ici sur les deux particularités suivantes :

  • Il n’y a pas d’article devant les noms de profession ou d’occupation (Il est étudiant), sauf à la suite de c’est (C’est un étudiant).
  • La négation peut entraîner le remplacement de l’article par de. Cette règle est déjà indiquée dans l’encadré des pages 1557 et 1558, mais il y a ici une indication supplémentaire : pas de n’implique pas la même chose que pas un(e). Un exemple est proposé avec sa traduction (Il n’a pas un ami), sans plus d’explication : un renvoi indique de se référer au Point! de l’entrée de2 (celui-ci se trouve en p.392 du dictionnaire).

La partie B s’intéresse à l’article indéfini devant un nom propre, en 4 sections. La première propose les équivalents traductionnels …の作品 (… no sakuhin) et …の製品 (… no seihin), soit respectivement œuvre de… et produit de… Les exemples proposés représentent ces deux cas dans l’ordre, avec un Picasso pour l’œuvre, et une Renault pour le produit manufacturé. L’exemple une Renault permet aussi d’introduire un nouvel encadré ポイント! (Point!) portant sur l’accord de genre appliqué ici. L’explication donnée est que une Renault étant une version abrégée20 de une voiture Renault, l’accord de l’article se fait sur le nom féminin omis, voiture. Il est aussi précisé que le nom propre désignant une œuvre ne provient pas d’une formulation abrégée, c’est l’accord masculin “régulier”21 qui est conservé. Il n’est toutefois pas certain que l’explication fournie soit très claire, au vu des traductions proposées pour les exemples :

(25) une Renault
ルノーの車 (Runô no kuruma)
Renault — particule de génitif no — voiture
Littéralement : une voiture de Renault

(26) un Picasso
1枚のピカソの絵 (ichimai no Pikaso no e)
Numéral — particule de génitif no — Picasso — particule de génitif no — peinture
Littéralement : une peinture de Picasso

L’exemple reproduit en 25, conforme à la description qui en est faite, ne pose aucun problème. L’exemple 26 risque toutefois de provoquer une certaine confusion. Le numéral employé ici n’est pas particulièrement problématique22, mais の絵 (no e) entre en contradiction avec l’explication apportée en Point! puisque cette traduction semble indiquer que, tout comme pour une Renault, un Picasso serait issu d’une omission. Pire, si l’on s’en tient à la première traduction proposée dans l’équivalent japonais – français du même dictionnaire (Petit dictionnaire japonais – français Royal), e se traduit peinture, c’est-à-dire un nom féminin. Malheureusement, il semble difficile de trouver un meilleur compromis pour ce cas.

Les sections 2 et 3 abordent l’article indéfini combiné à un nom de famille, pour désigner une personne inconnue (section 2) ou un membre d’une famille (section 3). Ces deux sections sont très concises, puisque le sens véhiculé se traduit assez aisément en japonais. Ces sections se composent simplement d’un équivalent traductionnel et d’un exemple traduit.

La dernière section de cette partie porte sur l’emploi d’un nom propre précédé d’un article indéfini pour exprimer une ressemblance, un trait commun. L’équivalent proposé est …のような人 (… no yô na hito), qui pourrait se traduire personne semblable à, personne qui est comme. Une note entre parenthèses précise par ailleurs que la connotation peut être positive ou négative ; au vu de la forte connotation négative de l’exemple choisi, cette note paraît effectivement nécessaire :

(27) C’est un Néron.
あれはネロのような男[暴君]だ 。
Are wa Nero no you na otoko [bôkun] da
Démonstratif — particule wa — Néron — semblable à — homme — [tyran] — être

Littéralement : c’est un homme semblable à Néron (un tyran)

L’entrée consacrée à un, une article indéfini se clôt sur cet exemple, l’entrée suivante étant consacrée au numéral.

Autres emplois de un, une

Les autres entrées portant sur un, une traitent les emplois suivants : numéral, adjectif, un uniquement au masculin (concerne notamment le chiffre 1), une uniquement au féminin (concerne notamment le nom féminin la une), pronom. Le contenu de ces entrées ne sera pas détaillé ici mais il semble évident que la rédaction se caractérise par une recherche certaine d’exactitude et d’exhaustivité, dans la mesure du possible. Par exemple, une entrée est consacrée à l’emploi adjectival de un(e), a priori assez peu fréquent (la République une et indivisible) ; l’entrée consacrée au nom la une précise qu’il n’y a pas d’élision dans cet emploi.

Remarques et suggestions

L’article un, une est conséquent et comprendre sa structure n’est pas évident au premier abord. Si les instructions de lecture en début d’ouvrage permettent de supposer qu’il s’agit d’une suite d’entrées distinctes, le statut de la première entrée/partie, présente directement à la suite de l’item en adresse, demeure assez vague. Toutefois, à cette exception près, la logique de construction des différentes entrées et de leurs sections est finalement assez claire et lisible après une observation plus attentive, et leur contenu est conforme à ce qui est annoncé.

Les importantes différences entre les deux langues concernées ici23 ont un impact tangible sur la rédaction du dictionnaire :

  • Fournir les équivalents traductionnels ne suffit pas, le dictionnaire comporte alors une grande quantité d’explications grammaticales.
  • Ces explications doivent alors être réparties entre le corps de l’article (avec des précisions entre parenthèses, notamment) et différents encadrés et encarts grammaticaux, intégrés aux entrées ou en pleine page.
  • Certains phénomènes linguistiques du français n’existent pas en japonais, comme la liaison ou l’élision. Il n’existe pas de mot japonais pour les nommer, ils apparaissent alors transcrits en katakana : リエゾン (riezon : liaison), エリジョン (erijyon : élision).

La hiérarchisation des entrées et des sections qui les composent s’effectue très majoritairement sur des critères syntaxiques, et éventuellement sur des critères sémantiques si la syntaxe ne suffit pas. À ce propos, une focalisation assez forte est portée sur les exceptions ou les fonctionnements particuliers, d’où les multiples encadrés Point! intégrés au corps des entrées : dans certains cas, les exceptions sont mêmes abordées avant l’explicitation de la règle d’emploi générale, ce qui est probablement déstabilisant pour le lecteur.

Globalement, le traitement de l’article indéfini dans le Nouveau Petit Royal français – japonais est à la fois très complet et exact : l’entrée qui y est consacrée couvre les principaux usages, avec des explications et exemples généralement pertinents, décrivant assez fidèlement le fonctionnement linguistique concerné, malgré quelques compromis (toutefois nécessaires). Il est à noter que si l’encadré article semble aborder l’ensemble des articles du français, des compléments d’information plus ciblés sont proposés dans les entrées propres aux différents types d’article (le fonctionnement du partitif est notamment développé plus en détail en pages 496 et 497, avec l’entrée du).

En résumé, le principal choix effectué dans la rédaction de ce dictionnaire est de privilégier l’exactitude à la simplicité d’usage : ainsi, utiliser ce dictionnaire demande un certain travail, ou du moins des efforts évidents, de la part du lecteur, mais une fois ce travail effectué il est possible de comprendre de façon assez précise le fonctionnement de l’unité linguistique décrite, à la fois sur les plans syntaxique, sémantique, et même phonétique. Bien qu’il puisse être utilisé par des francophones apprenant le japonais, ce dictionnaire est ainsi particulièrement adapté aux locuteurs natifs du japonais qui apprennent le français.

Dictionnaire japonais – français

Le Nouveau Petit Royal français – japonais utilisé pour l’analyse présentée en partie Dictionnaire français – japonais du présent document et le Dictionnaire Royal japonais – français sur lequel se basera l’analyse développée dans cette partie sont deux ouvrages distincts, disposant chacun d’une charte graphique propre et manifestement rédigés par des auteurs différents. Publiés par le même éditeur et portant des titres similaires, ils sont toutefois considérés comme équivalents, l’un en français – japonais, l’autre en japonais – français.

L’édition du Petit dictionnaire japonais – français Royal employée ici est datée de 2002, mais il semblerait que ce soit une réimpression (et non une refonte) de l’édition précédente datant de 1993. La page de garde comporte un index et une carte des axes routiers français ; comme pour le Nouveau Petit Royal français – japonais, le paratexte est intégralement en japonais. Un appendice (付録 furoku) est présent en fin d’ouvrage : il se compose intégralement de tableaux de conjugaison des verbes en français, ce qui laisse supposer que ce dictionnaire s’adresse lui aussi davantage à des apprenants du français plutôt qu’à des apprenants du japonais. Les entrées sont classées selon l’ordre des hiragana24, conventionnel en japonais. L’impression est majoritairement en monochrome (noir), seuls certains items en adresse et cadres sont en rouge ; les parties imprimées en couleur demeurent rares. Les pages comportent deux colonnes de contenu, ainsi qu’un en-tête indiquant la première (page gauche) ou la dernière entrée (page droite) de la page en cours, le numéro de la page en chiffre, en toutes lettres en français, et transcrit en katakana (à partir du français). Les items en adresse sont tous écrits en hiragana ou katakana, et lorsqu’un kanji25 existe, il est indiqué à la suite : ceci vise peut-être à rendre le dictionnaire abordable à un plus large public, incluant les enfants locuteurs du japonais dont l’apprentissage des kanji est encore en cours, mais aussi les francophones apprenant le japonais bien qu’ils ne soient manifestement pas le principal public visé.

Structure générale

Il ne sera question que de l’entrée consacrée à la particule ga (が), puisqu’aucun article ne traite la particule wa (は) dans le Dictionnaire Royal japonais – français.

L’entrée ga se compose de 6 sections numérotées, toutefois en raison de la polysémie de cette particule, seules les 2 premières correspondent réellement à la particule ga (rhématique) concernée ici. Les 4 sections suivantes portent sur d’autres sens de la particule ga, qui peut notamment avoir un fonctionnement proche de mais en français, ou se placer en fin d’une phrase affirmative pour formuler une question moins abrupte qu’avec la particule interrogative par défaut. Les deux parties consacrées à la particule ga telle qu’analysée ici sont les suivantes :

  • Une section intitulée 主格関係 (shukaku kankei). Ce titre pourrait à première vue se traduire relation principale, mais shukaku peut aussi se traduire par nominatif. Sans consulter le contenu, il est possible de supposer que ce sens de nominatif sera à retenir puisque la particule ga peut dans certains cas marquer le sujet syntaxique. La section se compose d’un encadré contenant une brève explication et 6 sous-sections, comportant chacune un titre, un exemple en japonais et sa traduction en français.
  • Une seconde section, intitulée 対象 (taishô). Dans un contexte métalinguistique, taishô signifie objet. Cette section ne comporte pas de sous-section, et se compose d’une brève explication et de trois exemples en japonais, accompagnés de leur traduction en français.

Contenu de l’article

La première section de l’entrée ga est introduite par une phrase explicative indiquant que la particule ga marquant le sujet grammatical (le nominatif, donc) peut prendre “différentes formes”26 dans l’équivalent français de l’énoncé. Elle comporte 6 sous-sections, correspondant chacune à un équivalent possible en français :

  • Sujet
  • Sujet explétif (非人称表現 hininshô hyôgen : expression impersonnelle)
  • Complément d’objet indirect (COI)
  • Complément d’objet direct (COD) d’un verbe de perception
  • Tournure emphatique
  • Autres

En dehors de ces étiquettes (illustrées chacune par un exemple), aucune explication n’est apportée. Le choix des deux premières sous-sections semble assez évident ; lorsque ga marque le sujet grammatical en japonais, le sujet peut dans certains cas demeurer le même en français. Un sujet non explétif en japonais peut devenir explétif en français, notamment pour les verbes météorologiques. C’est d’ailleurs l’exemple fourni :

(28) 雨が降っている。 (Ame ga futteiru)
Pluie — particule ga — tomber [pluie ou neige uniquement]
Il pleut.

Les autres structures (et exemples) sont plus difficilement compréhensibles, et le rapport entre la particule ga et l’équivalent français sont parfois discutables, ou du moins ne correspondent pas à l’étiquette de la sous-section. Notamment, sauf erreur de traduction la sous-section 4 est intitulée COD d’un verbe de perception, avec l’exemple suivant :

(29) 私は子供達が遊んでいるのを見た。 (Watashi wa kodomotachi ga asondeiruno wo mita)
Je — particule wa — enfants — particule ga — jouer [+particule no : nominalisation du verbe] — particule wo — voir passé
J’ai vu les enfants jouer.

La particule ga se rapporte bien à kodomotachi (les enfants), et les enfants peut être considéré comme COD du verbe voir (je les ai vu jouer). Toutefois, ce n’est pas la particule ga, mais bien la particule wo qui marque la fonction de COD. Ga marque ici kodomotachi (les enfants) comme sujet de asondeiru (jouer) ; le COD de mita (ai vu) est lui marqué par la particule wo. Cette particule est un marqueur de COD usuel en japonais :

(30) 私は猫を見た。 (Watashi wa neko wo mita)
Je — particule wa — chat — particule wo — voir passé
J’ai vu un chat.

Le COD de mita est en fait kodomotachi ga asondeiruno : accoler no à la fin du verbe permet d’ailleurs de nominaliser la proposition, qui a ici une distribution proche de celle d’un syntagme nominal.

La deuxième section porte un titre qui peut se traduire par objet. Il s’agit ici de l’objet en tant que rôle sémantique (objet/patient). L’explication introductive de cette section précise que l’élément porteur de ce rôle sémantique et marqué par ga en japonais aura tendance à occuper la fonction syntaxique de COD en français. La phrase japonaise comprend un verbe dont le sujet syntaxique (agent) est marqué par la particule wa et le patient marqué par ga est COD dans l’équivalent français.

(31) 私は水が飲みたい。 (Watashi wa mizu ga nomitai)
Je — particule wa — eau — particule ga — boire [volitif]
Je voudrais boire de l’eau.

Les trois exemples proposés semblent suivre ce type de fonctionnement, mais l’explication sous-entend fortement que ce n’est pas systématique. Aucune alternative ou explication complémentaire n’est toutefois proposée.

Remarques et suggestions

Cette entrée ne comporte aucun encart ou encadré, ni aucune explication grammaticale ni pour le fonctionnement du japonais, ni pour celui du français. Ce dictionnaire semblant s’adresser surtout à des locuteurs natifs du japonais, il est probablement considérer que la syntaxe japonaise n’est pas à expliciter. La quantité d’information proposée pour l’explicitation du fonctionnement des contenus proposés en français est toutefois extrêmement réduite, en particulier comparée à ce qui est proposé par le Nouveau Petit Royal français – japonais.

La structuration de l’entrée semble ici s’appuyer à la fois sur les rôles sémantiques et sur la syntaxe, mais les deux sections sont assez déséquilibrées. Par ailleurs, la section 1 semble davantage destinée à lister une série d’exemples de traduction en français de phrases japonaises faisant intervenir une particule ga plutôt qu’à essayer de faire émerger des régularités dans les équivalents traductionnels. D’autant plus que certaines étiquettes semblent manquer d’exactitude (voir analyse de l’exemple 29 du présent document).

Le problème qui se pose ici est que cette entrée vise à décrire un fonctionnement linguistique en français équivalent à une unité linguistique qui n’en a pas : cette particule n’a pas de traduction directe en français, et aucune unité linguistique ou construction du français ne fonctionne systématiquement de la même manière. Une solution aurait peut-être été de s’appuyer davantage sur la structure informationnelle (comme le fait le Nouveau Petit Royal français – japonais pour expliciter le fonctionnement des articles) ; ce choix aurait nécessité toutefois une quantité de texte beaucoup plus conséquente, ce qui n’est pas forcément envisageable : il est probable que le choix effectué ici soit simplement de faire comprendre au lecteur que la particule ga n’ayant aucun équivalent en français, il n’est pas possible d’en proposer une traduction systématique.

Bibliographie

KURAKATA et al. (2003). プチ・ロワイヤル仏和辞典 (Nouveau Petit Royal dictionnaire français – japonais), troisième édition. Tokyo : Obunsha.
SHIMAMORI, R. (1997). Grammaire japonaise systématique (2e Édition revue et augmentée). Paris : Maisonneuve.
TUNEKAWA et al. (2002). Petit dictionnaire japonais – français Royal. Tokyo : Obunsha.

  1. Terme emprunté à Shimamori (1997). []
  2. Ceux-ci codent la distance entre l’objet, le locuteur et l’interlocuteur. []
  3. は se transcrit habituellement ha, mais la transcription wa utilisée par Shimamori (1997) sera conservée ici. []
  4. Les exemples et leur traduction sont extraits de Shimamori (1997), les gloses sont un ajout. Les verbes se conjuguent en japonais suivant une forme passée et une forme non passée, indiquée dans les gloses. []
  5. Traduction littérale de 重要 (jûyô) dans le texte original. []
  6. Syllabaire japonais consacré à la transcription de termes d’origine étrangère. []
  7. Midashi peut se traduire titre ou table des matières, mais peut aussi désigner une entrée de dictionnaire, ce qui est très probablement le cas dans ce contexte. []
  8. Celle-ci semble fonctionner davantage comme une partie introductive que comme une entrée à proprement parler. []
  9. Comme l’indique le caractère 冠 abréviation de 冠詞 (kanshi), signifiant article. []
  10. Abréviation de 形容詞 keiyôshi : adjectif. []
  11. Abréviation de 代名詞 daimeishi : pronom. []
  12. Dans le texte d’origine, 総称 sôshô : terme générique. []
  13. 話し手 hanashite : locuteur. []
  14. 聞き手 kikite : auditeur. []
  15. Lu hitori, il se compose des caractères 一 correspondant au chiffre 1, et 人 classificateur permettant de compter les êtres humains. []
  16. Le terme employé est 物質 busshitsu : matière, substance. []
  17. Un processus qualifié de 変化 henka : transformation. []
  18. Hitotsu no étant le classificateur le plus général, il est probablement considéré comme remplaçable par n’importe quel autre classificateur (de fait, le premier exemple de cette section fait figurer le classificateur 枚 mai servant à compter les objets plats et fins). 人 est le classificateur dédié au décompte d’êtres humains ; il apparaît en exemple 13 du présent dossier. []
  19. Le Petit dictionnaire japonais – français Royal traduit aru hi par : un (beau) jour. []
  20. Dans le texte : 省略 shôryaku : abréviation, omission. []
  21. tsune : habituel, normal. []
  22. Sauf erreur d’interprétation, la même phrase sans numéral pourrait aussi signifier quelque chose comme l’œuvre intégrale de Picasso ou le style de peinture de Picasso ; le numéral permet de cibler le sens visé ici. []
  23. Avec bien sûr en premier lieu, l’absence totale d’article défini ou indéfini en japonais. []
  24. Il s’agit, tout comme les katakana, d’un syllabaire. Les hiragana et les katakana ne représentent toutefois pas réellement des syllabes, mais plutôt des mores. []
  25. Le japonais écrit utilise une combinaison de hiragana, katakana et kanji. Les kanji, caractères issus du chinois, nécessitent un apprentissage beaucoup plus long. Un étudiant japonais doit en connaître 2136 à la sortie du lycée mais ils en existerait de 6000 à plusieurs dizaines de milliers. []
  26. 様々形 dans le texte, soit samazama : divers, varié + katachi : forme, apparence. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Alexander Delaporte (14 mars 2023). Exemple de devoir en Master LTTAC : lexicographie bilingue. Tekipaki. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/up2w


Auteur/autrice : Alexander Delaporte

Ingénieur d'études au Centre de recherches linguistiques sur l'Asie Orientale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search