Dico pour qui ?

Attention, ceci est un article de vulgarisation ! Si vous avez déjà des connaissances en lexicographie bilingue, vous n’apprendrez peut-être rien de nouveau. Dans le cas contraire, cet article vous permettra de mieux comprendre comment sont conçus les dictionnaires bilingues. La lecture de l’article Les types de dictionnaires est conseillée avant d’aborder celui-ci.

Les dictionnaires bilingues sont des outils d’apprentissage des langues, et on sait que dans un dictionnaire bilingue, il y a une langue source et une langue cible (éventuellement dite langue de traduction).

Intuitivement, il semblerait logique que le public visé par un dictionnaire bilingue soit des personnes qui connaissent déjà la langue source, et qui apprennent la langue cible : on connaît un mot, et on cherche sa traduction.

… Et, intuitivement, il semblerait aussi logique que le public visé par un dictionnaire bilingue soit des personnes qui ne connaissent pas la langue cible, et qui apprennent la langue source : on tombe sur un mot qu’on ne comprend pas, et on cherche sa traduction.

Mais alors, que faire face à une telle ambivalence ?

On pourrait juste se dire qu’un dictionnaire bilingue s’adresse indifféremment aux locuteurs/locutrices des deux langues, mais en fait c’est assez rarement le cas. Voici quelques indices à repérer, avant même d’ouvrir le dictionnaire.

Couverture

Ce n’est pas l’indicateur le plus fiable, mais la couverture vous donne déjà quelques informations intéressantes, dont le nom de la maison d’édition. Si la maison d’édition est issue d’un pays « correspondant » à l’une des deux langues ou si elle est plutôt spécialisée dans des contenus adressés à un public maîtrisant cette langue : ses locuteurs ont des chances d’être le public visé.

Le boîtier d'un dictionnaire Petit Royal sur lequel figure le logo de la maison d'édition Obunsha
Le logo Obunsha présent en bas du boîtier d’un dictionnaire Petit Royal

Mais ce n’est pas systématique ! (… surtout que pour certains dictionnaires, deux maisons d’éditions s’associent, comme Hachette avec Oxford, Langenscheidt, De Agostini ou Verbo, par exemple)

Paratexte

Le paratexte, c’est tout ce qui n’est pas le contenu du dictionnaire à proprement parler. Et en général, s’il n’est pas dans une seule des deux langues, il y en a quand même une qui domine. Si on cherche à savoir à qui s’adresse le dictionnaire, c’est un gros indice, plus fiable que la maison d’édition.

「この辞典の使い方」(“Comment utiliser ce dictionnaire”) et paratexte en japonais => public japonophone

Pourquoi ? Parce que le paratexte comporte notamment la préface et les pages explicatives qui renseignent sur la façon dont le dictionnaire est conçu et comment l’utiliser. Il vaut donc mieux que ces contenus soient rédigés dans une langue bien comprise par les lecteurs et lectrices !

Explications grammaticales

Dans le même ordre d’idée, les explications relatives à la grammaire et au fonctionnement syntaxique sont un bon indicateur du lectorat ciblé par un dictionnaire bilingue. Deux choses sont à observer ici.

Langue

Tout comme les contenus utiles pour comprendre comment utiliser le dictionnaire, il est indispensable que les explications grammaticales puissent être comprises par l’utilisateur du dictionnaire. Il est donc probable qu’elles soient rédigées, commentées et/ou annotées dans la langue la mieux connue de son public.

Quantité

On n’y pense pas forcément au premier abord, mais c’est finalement très logique.

Le dico bilingue est un outil d’apprentissage ; il sert à apprendre ou à améliorer la maîtrise d’une langue étrangère. Cette « langue étrangère » est une des deux langues présentées dans le dictionnaire, et c’est à propos de cette langue que le dictionnaire doit être informatif.

En regardant d’un peu plus près le contenu de certaines entrées, on remarque généralement que les explications grammaticales, quand il y en a, concernent plus particulièrement une des deux langues du dictionnaire : la « langue étrangère » apprise par les utilisateurs.

L’entrée はなす / 話す (“parler”) d’un Petit Royal japonais-français : pas grand chose sur le fonctionnement de はなす / 話す, mais la conjugaison de “parler” en français et un grand encadré sur les différences entre parler, dire et raconter

Annexes

Plus faciles à repérer que les explications grammaticales dans la plupart des dictionnaires (surtout que les dictionnaires de poche n’en incluent pas forcément dans leurs entrées), les annexes sont également un indice fiable.

Une carte de France, une méthode de rédaction de courrier en anglais

Généralement concentrées en début et fin d’ouvrage, ces annexes peuvent être des cartes ou plans, des notes culturelles (concernant les fêtes et jours fériés par exemple), des tableaux de conjugaison, etc. Comme les explications grammaticales, elles ont pour but de renseigner sur la langue la moins connue du public visée par le dictionnaire. Dans le cas des dictionnaires bilingues japonais, la présence de tableaux de lecture des hiragana et katakana peut par exemple constituer un indice indiquant que le dictionnaire s’adresse davantage à des personnes qui apprennent le japonais qu’à des personnes dont le japonais est la première langue.

Quel intérêt ?

Si vous n’êtes pas lexicographe, vous pouvez tout à fait vous dire qu’aller examiner les moindres détails de la couverture, du paratexte et autres contenus plus ou moins périphériques d’un dictionnaire bilingue est un effort superflu. On peut tout à fait s’en passer pour simplement chercher le sens d’un mot.

Savoir repérer à qui s’adresse un dictionnaire ne nous dit pas non plus qui a le droit ou non d’utiliser ce dictionnaire. Bien entendu, tout le monde peut utiliser tout dictionnaire, même si un certain type de public est plus particulièrement visé.

Toutefois, si on a le temps de s’attarder à comprendre comment est construit le dictionnaire bilingue qu’on utilise, on peut alors optimiser la façon dont on s’en sert : avoir une idée précise de quels contenus s’y trouveront (ou ne s’y trouveront pas), savoir où chercher une information donnée même lorsque ce n’est pas évident, et de manière générale permettre au dictionnaire de contribuer autant que possible à l’apprentissage de la langue.

Repérer les indices présentés dans cet article et savoir les interpréter peut aussi avoir un intérêt lorsqu’on choisit un dictionnaire bilingue, bien sûr.

La méthode proposée ici permet de se faire une idée du public visé par un dictionnaire bilingue, sans s’y attarder très longtemps. Ce n’est pas infaillible et certains dictionnaires y résistent d’ailleurs assez bien (ce cas sera présenté dans un prochain article).

________________________________

Dictionnaires photographiés dans cet article :

  • プチ・ロワイヤル和仏辞典 | Petit dictionnaire japonais-français Royal, Tunekawa & al., Obunsha, 2002.
  • プチ・ロワイヤル仏和辞典 | Nouveau Petit Royal dictionnaire français – japonais), troisième édition, Kurakata & al., Obunsha, 2003.
  • Jeunesse dictionnaire standard français-japonais, Taishukan, 1993.
  • 新私英中辞典 | Kenkyusha’s New School Japanese-English Dictionary, Kenkyusha Limited, 1968.
Citer ce billet : “Dico pour qui ?”, par Alexander Delaporte. Publié sur Tekipaki le 26/10/2020. Lien : https://tekipaki.hypotheses.org/67.

Auteur/autrice : Alexander Delaporte

Ingénieur d'études au Centre de recherches linguistiques sur l'Asie Orientale et chercheur associé BnF 2019-2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.